QUE FAIRE CE WEEK-END ? LES EXPOSITIONS À NE PAS RATER

Lifestyle - -

Ce week-end, Artsper déroule, la liste des expositions particulièrement percutantes. Des sculptures clouées au sol, des ballons en apesanteur, une actrice/caméléon démultipliée à l’infini… L’insolite s’infiltre dans les salles des expositions !

 

PARIS

 

A pied d’oeuvre(s) – Monnaie de Paris – 40 ans du Centre Pompidou

claudio

Claudio Parmiggiani – Pittura pura luce © La Monnaie de Paris 

Le Centre Pompidou souffle sa 40ème bougie à la Monnaie de Paris en présentant 40 œuvres posées au sol. La verticalité de la sculpture est boudée et détournée mais la liste des invités change la donne. L’anniversaire, convie les œuvres de Marcel Duchamp, Alberto Giacometti,  Tony Cragg, James Lee Byars, au côtés d’artistes en pleine actualité, Pipilotti Rist, Tatiana Trouvé, ORLAN… Tous, offrent à la sculpture, un nouvel élan, en la clouant au sol. L’horizontalité a de quoi nous faire perdre nos horizons. On gardera en tête un anniversaire « surprise » où notre rapport à l’espace surprend.

Où ? La Monnaie de Paris, 11 Quai de Conti, 75006 Paris
Quand ? 31 mars 2017 – 9 juillet 2017

 

Manifesto de Julian Rosefeldt – Beaux-Arts de Paris

001904
Beaux-Arts de Paris © Julian Rosefeldt 

13 écrans immersifs, ajoutés à 13 Cate Blanchett, équivaut à 13 expériences-spectateurs. L’artiste allemand Julian Rosefeldt, réalise un « Grand théâtre du monde », qui se joue sous les yeux du spectateur, face une actrice, endossant la personnalité d’un clochard, une enseignante, une présentatrice, une ouvrière… Les déclarations des futuristes se télescopent aux propos dadaïstes, situationnistes, entre autres. Julian Rosefeldt tire son inspiration d’une cinquantaine de manifestes historiques qui reflètent le monde contemporain, à lire en préambule de l’exposition.

Où ? Ecole nationale supérieure des beaux-arts, 14 Rue Bonaparte, 75006 Paris
Quand ? Jusqu’au 20 avril


AILLEURS

 

Art Sablon Bruxelles

1222222

KRJST © Studio recollection

Sous l’initiative de Joana Balavoine et Jonathan Kugel, deux passionnés aux regards aiguisés, s’ouvrent 3 jours de parcours dans le quartier des antiquaires de Bruxelles. Conjuguer les époques, allier les sensibilités, mêler les tendances, et le tout compose Art sablon, concept ingénieux réunissant art contemporain et art ancien dans un même espace. De quoi percevoir un kaléidoscope de l’art contemporain, et un panorama pointu en saisissant l’essence de deux temporalités.

Quand ? 20-23 avril 2017
Où ? Le quartier des antiquaires de Bruxelles
Pour  RSVP : contact@artsablon.com

 

Los Angeles, une fiction – MAC Lyon

Ed-Ruscha-The-Back-of-Hollywood-1977
Ed Ruscha, Back of Hollywood, 1977 © Collection MAC Lyon

Plein phare sur Los Angeles où 3 commissaires, 34 artistes (dont Ed Ruscha, Robert Irwin, Paul McCarthy), 84 écrivains tissent la toile d’un mythe, d’une cartographie et de la légendaire cité des anges. Véritable creuset d’art, la ville recèle un réservoir de fantasmes pourvus d’illusions, entre paillettes et désenchantements, splendeur et misère. L’exposition oscille, elle même, entre réflexion et contemplation, politique et évasion, texte et image. La deuxième ville la plus peuplée des Etats-Unis, cristallise la part de fiction et de réalité qui a façonné le masque d’un rêve américain, ébranlé dernièrement, mais que les commissaires rassemblent avec maestria. D’ailleurs, le livre Los Angeles, une fiction, s’offre comme une pièce à conviction… une preuve, elle, bien réelle.

Où ? MAC Lyon, Cité Internationale, 81 Quai Charles de Gaulle, 69006 Lyon
Quand ? Jusqu’au 9 juillet 2017

Philippe Parreno : A Time Coloured Space – Fondation Serralves, Porto


A Time Coloured Space
mime une ritournelle, processus où un leitmotiv se réitère à intervalles réguliers. Une myriade de ballons d’hélium envahit les 13 plafonds de la Casa de Sarralves à Porto. Le caractère singulier de l’oeuvre d’art repose sur la variation de la lumière. Philippe Parreno joue de ces nuances pour conférer une nouvel aura à un objet identique. En toile de fond et en boucle, une mélodie de Chostakovitch met en abyme le dispositif visuel.

L’exposition s’intéresse moins à l’objet, qu’au rythme et aux relations qui se trament entre les ballons, mais aussi, entre le vide et le plein, la verticalité et l’horizontalité, la pesanteur et la légèreté.

Où ? Casa De Serralves, Rua D. João de Castro, 210 de 4150 à 417 Porto Portugal
Quand ? Jusqu’au 7 mai 2017

Partager cet article :

Laisser un commentaire