QUE FAIRE CE WEEK-END ? LES EXPOSITIONS À NE PAS RATER

Lifestyle - -

De Tel Aviv à Paris, en passant par Séoul, Artsper vous offre un tour d’horizon des expositions du moment.

 

PARIS

 

«  MÉCANIQUE REMONTÉES ».  ZIMOUN AU CENTQUATRE

 

Carton plein pour les cartons de Zimoun, dans la halle du Cent quatre. Des architectures sonores et visuelles happent le corps du spect’acteur et déjouent sa perception.
« Ce que vous voyez est ce que vous entendez », explique l’artiste suisse dont ses créations épousent la légendaire mécanique et précision suisse. Les matériaux se télescopent et se font écho. Invitation à la méditation ou perte de repères, le ravissement opère dans son double sens.

Où ? Cent Quatre, 108 rue d’aubervilliers, 75019 Paris
Quand ? Jusqu’au 6 août 2017

 

« BUILD FROM MEMORY ». AUGUSTINE KOFIE A LA GALERIE OPENSPACE

2-AUGUSTINE-KOFIE_BFM

Augustine Kofie, ‘Solar Static’, acrylique et aérosol sur toile, 2017 – © François-Xavier Laurent

Build From Memory fait écho « à notre faculté proprement humaine d’acquérir des connaissances pour ensuite les appliquer au monde matériel » indique la galerie Openspace.  Par ses collages et peintures sur toile et sur bois, Augustine Kofie, graffeur reconnu de Los Angeles, expérimente différents processus de création et de techniques. L’artiste signe une prouesse technique digne des futuristes, teintée de graffiti, où les formes et les lignes se déconstruisent dans une abstraction géométrique de haut-vol. Son travail autour de la perspective, son jeu sur la profondeur sur le système horizontal-vertical, ses ruptures et ses saillies… traduisent un apport essentiel dans l’histoire de l’art.  

Où ? Galerie Openspace, 116 boulevard Richard Lenoir, 75011 Paris
Quand ? Jusqu’au 1er avril

 

AILLEURS

 

VILLEURBANNE. INSTITUT D’ART CONTEMPORAIN. ANN VERONICA JANSSENS

maxresdefault

Ann Veronica Janssens, ‘Yellowbluepink’, Welcome Collection, London, 2015 Photo  © WELLCOME TRUST


A travers une exposition monographique, Ann Veronica Janssens occupe intégralement l’espace et convie à l’expérimentation ; celle de percevoir les effets de la lumière. Invitant le spectateur à prendre en compte « ses zones indéfinies 
», l’exposition (r)éveille et fond les sens au travers d’une synesthésie enivrante. L’artiste tend ainsi à moduler la perception du spectateur où l’imaginaire peut aussi entrer en scène et bouleverser les états de conscience. 

Où ? IAC, 11 Rue Dr Dolard, 69100 Villeurbanne
Quand ? Jusqu’au 7 mai

 

TEL AVIV. MUSEUM OF ART. FIONA TAN : LA GÉOGRAPHIE DU TEMPS

Tan-Nellie-2013 (1)

Fiona Tan, ‘Nellie’, 2013, Installation vidéo, durée : 3 min. 9 sec. © Fiona Tan et Frith Street Gallery, Londres

 

Fiona Tan tricote des liens entre les relations; celles du passé dans le présent, celles de nos histoires personnelles avec l’histoire collective, ou encore celles que tout humain porte au temps ou à l’espace. Pour exemple, elle établit des passerelles entre la tradition picturale hollandaise et le travail photographique à l’instar d’August Sander, suscitant une nouvelle approche, une nouvelle réflexion…

Où ? Tel Aviv Museum of Art, Shaul Hamelech Blvd. 27, composé Goldh Mair 61332012
Quand ? Jusqu’au 24 juin 

 

SEOUL. ISAAC JULIEN AT PLATFORM-L CONTEMPORARY ART CENTER

Isaac-Julien-1

Isaac Julien, ‘Western Union: Small Boats I’ 2007 Installation view, Museum Brandhorst, Munich Five-screen installation, super 16mm colour film, transferred to High Definition, 5.1 sound, 18’ 22” ©  Collection of Museum Brandhorst, Munich

 

Empreinte innovante par l’installation multi-écrans, exposé au Centre Georges Pompidou, au Musée d’art moderne de New York, primé au festival de Cannes, participant de la 56ème Biennale de Venise, Grand Prix du Jury à la biennale Kunstfilm de Cologne pour la version mono-écran de son installation audiovisuelle Baltimore… Isaac Julien, artiste au fort impact international invite à s’interroger sur l’identité noire au sein de notre monde. Nourri par ses explorations en Europe et en Afrique, mais aussi de supports comme des ouvrages (L’Afrique fantôme, Leiris) et documentaires (Voyage au Congo, d’Allégret), il mêle sur écrans, engagement et ligne poétique sans ajout de dialogue pour offrir une autre vision induite par les médias.

« Ordinairement, on nous propose cette histoire [celle des migrants] avec des faits et des chiffres. J’ai d’une certaine façon c’est une approche lyrique comme une chanson : il y a des chansons tragiques, mais vraiment belles. C’est un hymne », revendique Isaac Julien.


Où ?
 PLATFORM-L CONTEMPORARY ART CENTER, 11 Eonjuro 133gil Gangnamgu Seoul 06053 Republic of Korea
Quand ? Jusqu’au 30 avril 

 

Partager cet article :

1 Commentaire


Dominique de Lantsheere

Publié le 01 avril 2017, 12h36

Superbe exposition collective de 5 photographes 100 rue de Stassart à Bruxelles

Laisser un commentaire