Les cinq expositions qu’il fallait voir en 2012

Evènements, Lifestyle - -

La fin de l’année approche à grands pas, l’occasion pour Artsper de vous dévoiler les expositions qu’il fallait absolument voir en 2012 d’après nous.

Gerhard Richter au Centre Pompidou Paris
L’exposition rétrospective Gerhard Richter Panorama montre la diversité d’une création : de l’art abstrait à l’art figuratif, des formes géométriques, des jeux de miroirs qui montrent l’évolution d’un artiste. La perfection du tracé qui fait vivre ses œuvres et rend les personnages, objets de la nature ou de tous les jours, presque palpables est troublante et touchante.

Notre coup de cœur : ses photos-peintures

L’ (entre)ouverture du Palais de Tokyo pendant 36 heures
Un enchaînement de performances et de défilés dans un des plus grands lieux dédiés à l’art contemporains. 30 heures d’ouvertures consécutives permettaient de déambuler en pleine nuit dans le musée. Un concept innovant et fun. Un voyage initiatique qui permettait une réelle interaction entre le spectateur et les artistes. Un lieu où on vit l’art.

Yue Minjun à la Fondation Cartier pour l’art contemporain

L’exposition Yue Minjun l’ombre du fou rire traite différents sujets. La politique chinoise est dépeinte dans différents tableaux qui content une histoire satirique d’une politique cruelle, irrationnelle et inexplicable. Le rire et le sourire sont remis en question avec des personnages (pour la plupart, un autoportrait de l’artiste) qui vous mettent mal à l’aise. Le peintre reprend aussi des grands classiques de la peinture, les détourne et dénonce des scènes politiques (l’assassinat de Marat sans Marat par exemple).

Notre coup de cœur : Overlapping Series-2012-06

Fondation Cartier pour l’art contemporain, Paris – Yue Minjun l’ombre du fou rire –  jusqu’à mars 2013

Vik Muniz à la galerie Xippas
De près ou de loin, une œuvre n’offrira pas la même image, c’est encore plus vrai lorsque l’on voit les compositions de Vik Muniz à la Galerie Xippas. Cet artiste brésilien recompose des œuvres célèbres avec différents matériaux (comme des coupures de magazines) puis prend une photo de cette recomposition. C’est cela même qui donne un double aspect à ses œuvres : une œuvre lisse et proche de la copie parfaite si on la voit de loin, une magma de papiers de près, rendant l’œuvre vivante mais aussi totalement réinterprétée et nouvelle.

Notre coup de cœur : Starry Night, after Van Gogh

Dali au Centre Pompidou Paris
Plus de trente ans après sa première exposition en France, Dali nous éblouit avec une rétrospective complète : tableaux, dessins mais aussi vidéos et show TV. Un Dali « arteur » représenté dans des performances avant-gardistes, une scénographie pensée comme si l’on était dans la tête de l’artiste, des œuvres disposées de manière chronologique et thématique. L’exposition compte déjà plusieurs dizaines de milliers de visteurs, Avida Dollars serait sûrement ravi.

Notre coup de cœur : L’installation Mae West avec le canapé-bouche

Centre Pompidou Paris – Dali – jusqu’à mars 2013 (nocturnes tous les jours sauf le mardi jusqu’à 23h) puis au Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia à Madrid d’avril à septembre 2013

Partager cet article :

Laisser un commentaire