L’ART DU MINIATURE

Lifestyle - -

Si le but de l’art est de nous faire voir la vie différemment, alors l’art miniature remplit cette fonction comme aucun autre. 

Le miniature c’est l’art de jouer avec les échelles, de réveiller notre âme d’enfant, de nous faire voir notre environnement sous un angle inattendu et de nous inciter à prêter une attention plus minutieuse à ce qui nous entoure. Le spectateur, tel Alice et le champignon magique, se retrouve tout d’un coup dans la peau d’un géant qui observe un univers de fourmis pour lesquels un brin d’herbe est un baobab, une flaque un océan, et une canette de soda abandonnée une soucoupe volante venue de mars.

Artsper a sélectionné pour vous 6 artistes passés maitres dans l’art du lilliputien !  

 

{1.SLINKACHU}

Slinkachu_Bones 1_web

Bones, 2011

Slinkachu est un street-art anglais né en 1979 qui a lancé le « Little People Project » en 2006. Pour ce projet, l’artiste crée et peint des petites figurines qu’il met en contexte, photographie et laisse ensuite dans la rue. Slinkachu aime l’élément de surprise dans son art et veut encourager les citadins à prêter attention à leur environnement.

Les scènes que Slinkachu crée, photographie, et auxquelles il donne des titres souvent évocateurs, matérialisent avec humour la solitude et la mélancolie des grandes villes. Slinkachu veut provoquer l’empathie chez ses spectateurs.

{2.PABLO DELGADO}

6-Pablo-Delgado-Even-Less-Street-Art_373_560_80_s_c1_smart_scale

Uneven, 2014

Pablo Delgado est un artiste visuel originaire du Mexique. Après s’être installé à Londres pour ses études, Delgado a émergé en 2011 comme l’un des street artists majeurs de la scène londonienne. Son travail est à la fois accessible et conceptuel: il est particulièrement connu pour ses collages de scènes miniatures pour lesquelles il réutilise l’imagerie de la culture populaire dans des compositions humoristiques et surréels.

Pablo Delgado récolte ses images dans les bouquins, les magazines ou internet, et les extrait de leur contexte. Delgado utilise la juxtaposition pour créer un dialogue entre les différents niveaux de signification dans son travail. L’échelle minuscule de ses oeuvres permet de à Pablo Delgado de se faire l’écho des problématiques sociales et environnementales de notre époque. Pour Delgado, le monde est déjà une véritable cacophonie de discours discordants, et l’échelle de ses oeuvres est aussi une manière d’inciter à faire petit.

Delgado choisit le lieu de ses oeuvres avec précaution et intègre souvent des éléments de l’environnement dans ses compositions. Ses oeuvres sont par essence éphémères et interagissent avec le spectateur.

 

{3.ISAAC CORDAL}

resized_IMG_5115

Cement eclipses, 2013

Isaac Cordal est un artiste né en 1974 qui utilise des personnages miniatures et des lieux savamment choisis pour éveiller l’imagination des passants et les inciter à dénicher ses oeuvres dans les recoins cachés des villes.

Les oeuvres d’Isaac Cordal cherchent à attirer notre attention sur notre relation dégradée avec la nature à travers un regard critique portée sur les effets secondaires de notre évolution. Avec la précision d’un metteur en scène, les personnages d’Isaac Cordal sont placés dans un décor qui devient soudain une porte ouverte vers d’autres mondes.

L’artiste représente souvent des actions de nos vies quotidiennes, des hommes et des femmes suspendus et isolés dans des attitudes libres d’interprétation. Ils capturent l’absurdité de notre existence, et on les trouve dans les caniveaux, sur le toit des immeubles, à des arrêts de bus et dans bien d’autres endroits incongrus.

 

{4.CHRISTOPHER BOFFOLI}

cereal-rescue-lg

Christopher Boffoli est particulièrement connu pour sa série intitulée « Big Appetites » qui représente des figurines miniatures posant dans des décors de nourritures aux proportions gigantesques.

Cette série a été inspiré des programmes télévisés de son enfance et du potentiel dramatique et comique de la juxtaposition des échelles – déjà utilisée au XVIIIème siècle par Jonathan Swift dans Les Voyages de Gulliver.

Le recours à la nourriture et aux jouets rend les photos de Christopher Boffoli accessibles à tout le monde. Quel que soit la culture, s’asseoir autour d’un bon repas nous fait nous sentir humain. L’expérience sensuelle de manger renvoie à nos instincts primaires et au début de notre évolution. La nourriture est l’un des rares sujets dont on peut parler avec passion et pourtant sans controverse. Le choix du monde alimentaire comme environnement de la série « Big Appetites » n’a donc pas été fait au hasard.

 

{5.AKIKO IDA ET PIERRE JAVELLE}

minimiam-food-photography-pierre-javelle-akiko-ida-6

Depuis 2002, les deux fanatiques de gastronomie que sont Pierre Javelle et Akiko Ida photographient des scènes alimentaires burlesques intitulées « Minimiam » associant figurines miniatures et décors alimentaires, et nous proposent des mini-parodies de photographies culinaires.

A travers le project « Minimiam », ces deux professionnels de la photographie gastronomique attirent notre attention sur des questions d’actualité comme le réchauffement climatique ou notre rapport à la nature tout en divertissant le spectateur et en le faisant sourire.

Partager cet article :

1 Commentaire


Alain Lignon

Publié le 12 novembre 2016, 20h51

J’adore!!!!!!!!!!!
Quelles marques de figurnes sont utilisées svp merci en particulier par Christopher Boffoli et les autres aussi !

Perso https://www.instagram.com/aquimai/, il y a preiser et puis?
Cordialement
A Lignon

Laisser un commentaire