Street-Art : 5 destinations phares


Voilà un plaisir éphémère qui restera pourtant gravé dans votre mémoire. Loin de sa mauvaise réputation, le Street-Art embellit aujourd’hui nos villes… et peut rendre un voyage inoubliable. Artsper et Marco Vasco, le spécialiste du voyage sur mesure, vous livrent les secrets de cinq destinations où admirer les plus belles oeuvres de Street-Art.

 

New-York, la ville où les street artistes ne dorment jamais…

 

Street-Art New-York© nyperson

 

Dès 1968, New-York entre en érosion et les lignes de métros emmêlées conquièrent la ville. Philadelphie, ayant déjà un pas d’avance sur la tendance urbaine, entre en rivalité avec la Grosse Pomme par wagon interposés. Les murs de béton fleurissent, la ville devient plus accessible aux banlieues et se transforme en terrain de jeu pour les graffeurs. L’art urbain s’inscrit dès lors parfaitement dans la culture hip hop qui règne dans la ville. Quarante ans plus tard, New-York attire toujours les meilleurs artistes du monde et les œuvres qui s’exposent sur ses murs sont aussi cosmopolites que la ville elle-même.

 

Si vous partez à exploration des Etats-Unis, vous pourrez peut-être apercevoir un portrait monumental de Tristan Eaton, ou une fresque d’oiseau par ATM, au détour d’une rue de Little Italy ou sur les immeubles de Hamilton Heights. Une visite s’impose pour contempler les nouvelles fresques au Graffiti Hall of Fame dont Keith Haring est le démiurge. Le quartier de Bushwick, niché à Brooklyn, est devenu le point de rendez-vous  incontournable du Street-Art. Repeint par le Bushwick Collective et par le YMI Crew, il assure fièrement la relève du complexe Five Pointz. Un détour par les quartiers branchés de Williamsburg et Red Hook vous garantira aussi de belles découvertes artistiques ! A New York, le Street-Art n’est jamais à la rue.

 

Le street art joue les stars à Los Angeles

 

Street-Art Los Angeles© Elise Corne

 

La cité des anges est aussi celle du Street-Art ! En 1980, la ville de New-York prend des mesures pour empêcher la diffusion du graffiti, nombreux sont les artistes déchus qui s’exportent pour perpétuer leur art. Depuis, une incroyable explosion de couleurs a repeint les murs de Los Angeles et les occasions de s’émerveiller y sont légion.

 

Le graffiti atteint du mur des Selfies à Venice Beach aux Angels Wings de Colette Miller, en passant par le Pink Wall de la boutique Paul Smith sur Melrose Avenue ou le Love Wall de Curtis Kulig à Culver City : L.A. abrite certaines des œuvres les plus célèbres sur Instagram. La ville attire aussi nombre de graffeurs stars : on peut y admirer des fresques de ROA, Kobra, Dianna Garcia ou Retna. Pour se rincer l’oeil, il suffit de déambuler dans Venice Beach, Culver City ou West Hollywood. Mais c’est vraiment à Downtown L.A. que ça se passe. Au cours d’une visite de Los Angeles, il ne faut pas manquer le quartier d’Arts District et ses superbes fresques. Les amateurs de belles œuvres vont aimer être à l’ouest.

 

La liberté de graffer à Melbourne

 

Street-Art Melbourne© Scott Photos

 

A Melbourne, en Australie, le graff a, depuis les années 60, acquis ses lettres – ou plutôt ses tags – de noblesse. Surnommée la capitale du pochoir, la ville protège et favorise le Street-Art. Dans certains spots, on peut même réserver un mur d’un simple coup de fil. Les graffeurs ont donc investi la cité australienne et l’art urbain est partout.

 

Dans votre conquête de la ville, nous vous conseillons un passage par le centre-ville, là, des rues entières sont couvertes de graffitis hauts en couleur et de fresques immenses. Très connue, la ruelle pavée d’Hosier Lane est un vrai temple du Street-Art, en perpétuel changement, de nombreux artistes y ont marqué leur passage : Kaff-eine, Mimby Jones Robinson ou encore Steen Jones… Près d’ACDC Lane, on peut même trouver une oeuvre de Banksy mais aussi des artistes Adnate, Dvate et Makatron dans les quartiers d’Union et Caledonian Lane, véritables galeries d’art à ciel ouvert, tout comme les quartiers de Fitzroy, Collingwood ou Brunswick. Un paradis du graffiti !

 

Beaux (street) arts à Mexico

 

Street-Art Mexico© Ted McGrath

 

A Mexico, le Street-Art, c’est toute une histoire ! Dès les années 20, après la révolution, l’art s’est affiché sur les murs de la ville avec le mouvement des murals. Comme le célèbre peintre Diego Rivera, de nombreux artistes se servaient alors de leurs œuvres pour faire passer leurs idées. Et l’héritage du muralisme mexicain se fait encore sentir aujourd’hui dans les rues de la capitale. S’il a toujours un rôle esthétique, le Street-Art à Mexico s’affirme comme politique. Les artistes locaux s’inspirent de la culture populaire et y réinterprètent l’histoire du pays. Ces œuvres engagées, parfois pleines d’humour, sont faites pour réveiller les consciences, prôner la résistance ou rendre hommage.

 

Sous le beau ciel de Mexico, partez à la découverte de ces superbes manifestes à admirer dans le quartier de Roma, sur les murs du musée du jouet MUJAM, Avenida Reforma ou Calle Zacatecas. Le quartier de Palmitas a également sévi la peinture des bombes du Germen Crew : 22 000 m2 de couleurs ! Oh Mexico !

 

Se ruer à São Paulo avant qu’il ne soit trop tard

 

Street-Art Sao Paulo© Ted McGrath

 

Si vous allez à São Paulo, n’oubliez pas de regarder là-haut… pour admirer les nombreux graffitis qui donnent de belles couleurs à la ville. La cité brésilienne est l’une des capitales du Street-Art dans le monde. Une nouvelle forme de graffiti y a même vu le jour : les pichaçãos, des tags si hauts qu’ils en deviennent inaccessibles. Les murs les plus en vue sont aussi recouverts de fresques immenses peintes par des artistes reconnus ou anonymes.

 

Pour en prendre plein la vue, rendez-vous dans les quartiers de Vila Madalena et Cambuci ou rue Gonzalo Afonso pour admirer les oeuvres de Kobra ou bien encore Os Gemeos. Surnommée Beco do Batman, cette ruelle est couverte de graffs. Mais la ville ayant déclaré la guerre au Street-Art, ne tardez pas à partir à l’aventure si vous voulez admirer les belles œuvres de São Paulo. L’art de rue y est peut-être ici plus qu’ailleurs éphémère.

 

MARCO VASCO, créateur de voyages personnalisés, exauce vos rêves d’exploration et vous invite à découvrir ces destinations où prendre l’art à l’air libre ! En partenariat avec eux, nous vous offrons même une réduction de 500€ sur votre premier voyage avec le code « I0352 », à rentrer lors de votre demande de devis pour toute réservation avant le 31 Décembre 2017 d’un montant supérieur à 1700€ TTC (hors vols secs, non cumulable avec d’autres offres promotionnelles).

 

Partager cet article :

1 Commentaire


Alain Gosselin

Publié le 01 octobre 2017, 20h15

je recherche des oeuvres liées aux chevaux PURSANG ARABES
dessins, peintures classiques et ou contemporaines.
Cordialement
Alain Gosselin
/Users/alaingosselin/Desktop/sign_gosselin.gif

Laisser un commentaire