10 FAITS ARTISTIQUES MARQUANTS DE 2015

Lifestyle - -

La fin de l’année approche à grands pas, et avec les bonnes résolutions de 2016 vient aussi le temps de se retourner sur l’année 2015 écoulée. Entre les records de ventes aux enchères à répétition, les foires internationales, les performances sulfureuses ou encore les scandales d’artistes stars, le monde de l’art ne dort jamais.

Artpser revient sur 10 scandales ou faits marquants du monde de l’art en 2015 pour clore l’année en beauté!

 

{1. NEW PORTRAITS- RICHARD PRINCE}

richard-prince-gagosian-3-10-20-14

Du 12 juin au 1er août dernier, la galerie Gagosian accueillait la toute nouvelle exposition de Richard intitulée « New Portraits » qui a défrayé la chronique. Pour ce projet, l’artiste a déployé son procédé bien connu de l’appropriation d’images sur le terrain des réseaux sociaux et a puisé son inspiration sur Instagram. On compte des photos de stars comme Pamela Anderson ou Kate Moss, mais la plupart sont des inconnus –avec une majorité de jeunes femmes dans des selfies glamour- le tout sans consentement des intéressés.

Ces « nouveaux portraits » reproduits en grand format ont ensuite été proposé à la vente pour la modique somme de 90 000 dollars, ce qui créa une vive polémique -pour commencer chez ceux dont les images avaient été utilisée.

Cependant, Richard Prince n’est est pas à son premier coup d’essai : cela fait 40 ans que l’artiste s’approprie les images et les œuvres d’autrui, des publicités Malborough au roman de JD Salinger Catcher in the Rye.Il a été poursuivi pour infraction au droit d’auteur à de nombreuses reprises. Généralement, sa défense juridique consiste à mettre en avant les modifications qu’il a apportées aux œuvres. En l’occurrence, ici la modification est plutôt mince, puisqu’il s’agit en tout et pour tout de quelques lignes de commentaires ajoutées par l’artiste au bas des photos en question.

 

{2. MARINA ABRAMOVIC VS ULAY}

© 2010 Scott Rudd www.scottruddphotography.com scott.rudd@gmail.com

Grande prêtresse de la performance artistique extrême, Marina Abramovic a débuté sa carrière artistique en collaborant avec Ulay (Frank Uwe Laysiepen), son partenaire dans la vie et dans l’art, à la fin des années 1970. C’est avec lui qu’elle réalisa quelques-unes de ses œuvres phares telles que « AAA AAA » en 1978, ou encore « Relation in Time » en 1977. C’est en 1988 que le duo se sépare et que Marina Abramovic continue sa carrière de performeuse solo, beaucoup plus médiatisée que celle de son ex-partenaire.

Alors que les visiteurs du MoMa avaient vécu un grand moment d’émotion pendant l’exposition performance de Marina intitulée « The Artist is Present », quand Ulay était venu s’asseoir en face d’elle et partager un moment intense de connexion visuelle silencieuse, aujourd’hui c’est sur le terrain juridique que les deux ex-amants s’affrontent.

En effet Ulay poursuit son ancienne partenaire en justice et l’accuse de ne pas lui reverser les royalties des œuvres qu’ils ont créés ensemble – violant ainsi les termes d’un contrat signé en 1999 sur la reconnaissance partagée des performances de cette période, aujourd’hui devenues des œuvres phares de l’histoire de l’art.

 

{3.LE MONDE DE L’ART ALLEMAND SANS DESSUS DESSOUS}

tumblr_nkww2neJNd1rz4peko7_1280

Le projet de loi défendu cette année par Monika Grütters, la ministre de la culture allemande, a déchaîné l’ire de plusieurs grands artistes allemands à la renommée internationale. Ce projet visait à limiter la vente à l’international d’œuvres estimées à plus de 150 000 euros et datant de plus de 50 ans. Mesure de protection du patrimoine allemand, cette loi entraînerait l’expropriation de collections privées. Toute personne en possession d’un objet d’art datant de plus de 50 ans et d’une valeur supérieure à 150 000 euros devrait le déclarer au Ministère de la Culture pour obtenir une licence d’exportation.

Le milieu de l’art allemand a réagi violemment à l’annonce de la loi: l’artiste Georg Baselitz a immédiatement retiré ses œuvres en prêt aux Collections nationales de Dresde, le milliardaire allemand Hasso Plattner a menacé d’ouvrir sa fondation aux Etats-Unis, et Gerhard Richter a lui aussi menacé d’emboiter le pas de Baselitz en retirant ses œuvres prêtées aux musées allemands.

 

{4.ANISH KAPOOR ET VERSAILLES}

7a8d1c5c310990e74981f9e75de47

Impossible de faire un bilan artistique de l’année 2015 sans revenir sur la polémique qu’a soulevé l’intervention de l’artiste britannique d’origine indienne Anish Kapoor sur la propriété des rois de France.

Pendant plusieurs mois, l’artiste a installé 6 sculptures dans les 800 hectares du domaine de Versailles dans le but d’ouvrir un dialogue avec l’histoire du lieu. Dans la liste, on peut citer un bassin dans lequel l’eau tourbillonne en vortex, ou encore un canon tirant des boulets de cire rouge.

Mais l’œuvre qui a fait le plus scandale est sa gigantesque sculpture en acier rouillé de 10 mètres de haut et 60 mètre de large disposée en face du château intitulée « Dirty Corner ». Si cette œuvre avait déjà été présentée à Milan sans soulever la moindre polémique, cette fois-ci Anish Kapoor lui donne une forte connotation sexuelle qui sera au cœur du débat : la forme florale de son œuvre et les commentaires de l’artiste laissent à penser que l’œuvre est une allusion au vagin de la reine.

L’œuvre a été vandalisé à plusieurs reprises et les polémiques ont culminé avec l’inscription de propos antisémites sur la sculpture en septembre dernier.

 

{5. PERFORMANCE SANGLANTE À ART BASEL}

2F27F5AC00000578-0-image-a-65_1449540271561

Le monde de l’art marche sur la tête c’est bien connu. Les règles et les codes de la vie normale semblent ne pas s’y appliquer, ou si peu. Un extincteur peut se révéler une œuvre d’art et une femme assise immobile sur une chaise, une performance artistique !

Il semblerait que cette interruption du jugement critique ait atteint son paroxysme lors de la dernière édition d’Art Basel Miami au début décembre dernier puis qu’une jeune femme a pu se faire tout simplement attaquer au couteau lors d’une altercation avec une autre visiteuse sans que le public ne s’en émeuve. La raison était que la scène a été prise pour une performance artistique, le sang de la victime, du faux sang et le cordon de police pour une installation !

 

{6. AI WEIWEI ENFIN LIBRE}

ai-weiwei-T

Fin août dernier, la star de l’art contemporain Ai Weiwei a annoncé que les autorités lui avaient enfin rendu ses papiers après 4 d’exil intérieur en Chine. Écroué et interdit de sorti du territoire chinois sans aucune charge, Ai Weiwei, devenu symbole de l’artiste victime de la censure politique chinoise, n’a cependant pas été trop empêché par sa mise en quarantaine puisque ses expositions ont fait le tour de la planète ces dernières années. D’aucun pourrait même dire que son confinement a plutôt servi sa carrière internationale en faisant de lui l’artiste martyr par excellence : depuis 4 ans, l’artiste s’emploie à détourner les interdits du parti chinois et à briser le silence que le gouvernement lui impose grâce aux réseaux sociaux.

Cette nouvelle choc de la fin de son exil a d’ailleurs fort bien coïncidé avec l’ouverture de sa rétrospective à la Royal Academy of Arts de Londres.

 

{7. DISMALAND}

many-are-finding-this-shocking-piece-hidden-inside-banksys-dismaland-gut-wrenching

Une autre grande révélation de l’année 2015 est bien sûr le dévoilement en septembre dernier du projet de parodie de parc d’attraction (« Bemusement park ») du street artist et provocateur invétéré Banksy.

C’est sur la côté anglaise du comté de Somerset que l’artiste anonyme a décidé de faire construire sa version à lui de Disneyland ouvert pour cinq semaines sous le slogan ironique : « La nouvelle attraction touristique la plus décevante de Grande-Bretagne ».

Comble de l’ironie, les habitants de la ville de Weston-Super-Mare, soudain projetés sous les feux de la rampe, se sont vus les invités privilégiés de la blague du street artist. En 5 semaines, le parc a attiré plus de 150 000 visiteurs, entraînant une pluie d’or sur la station balnéaire.

Enfin, après plusieurs semaines de déferlement de touristes, Banksy a annoncé que les éléments du parc serviraient à construire des abris pour les réfugiés près de Calais – nombres de ses installations étant précisément en rapport avec l’immigration.

 

{8. FOIRES ET TERRORISME}

56448d8352dd1paris-photo-fair-virtual-visit-grand-palais-2015-copy

On se représente souvent le monde de l’art comme une suite de cocktails et d’événements VIP en marge de la vie de tous les jours, cependant cette année, la réalité est venue frapper ce préjugé de plein fouet. En effet le week-end du 13 novembre devait au départ être l’un des moments artistiques forts de la capitale, puisqu’à peine un mois après la FIAC, le Grand Palais rouvrait ses portes pour accueillir provocateur invétéré, une autre grande foire d’art contemporain du calendrier parisien. Evènement prévu et préparé des mois à l’avance, stands à quelques milliers d’euros pour les galeries, plusieurs milliers de visiteurs attendus sur quatre jours, Paris Photos a fermé ses portes dès le samedi des attentats sur la capitale française.

Dans la foulée, la première édition de la foire AKAA (Also Known As Africa) dédiée aux arts de l’Afrique et prévue pour la première semaine de décembre, a annoncé son annulation suite aux attentats parisiens et surtout à la situation explosive à Bamako – empêchant un certain nombre de galeries africaines de faire le déplacement.

 

{9. AI WEIWEI VS LEGO}

-

Ai Weiwei a décidément beaucoup fait parler de lui en 2015 ! Après l’annonce de sa liberté retrouvée, Ai Weiwei a à nouveau défrayé la chronique par son affrontement avec le géant du jeu LEGO. En effet LEGO aurait refusé d’envoyer à l’artiste une commande de ses fameuses briques assemblables pour raisons politiques. La réponse de LEGO aurait été que la compagnie ne pouvait approuver l’utilisation de Legos dans le cadre d’un travail à portée politique.

Ai Weiwei a immédiatement dénoncé la protection de ses intérêts par LEGO qui, en octobre, avait annoncé l’ouverture d’un Legoland à Shanghai dans le cadre de l’âge d’or des relations sino-britanniques.

LEGO a bien sûr nié le fait que sa réponse soit une manière de protéger ses intérêts commerciaux en Chine. Cependant le Guardian a également dévoilé que la compagnie comptait ouvrir une manufacture de LEGO employant 2000 travailleurs chinois pour 2017.

 

{10. ANDY WARHOL À TEHERAN}

feat_tehran48__IMG_9094

Milieu novembre, une exposition inédite a ouvert au Musée des arts contemporains de Téhéran révélant la richesse insoupçonnée des réserves du musée en pièces inestimables de l’art moderne.

De Jackson Pollock à Rothko en passant par Andy Warhol ou Francis Bacon, 42 artistes phares occidentaux sont exposés. Ces oeuvre proviennent en grande partie de la collection du Chah d’Iran renversé en 1979. La collection comprend en outre des grands noms comme Gauguin ou Picasso, et surtout un certain nombre de nus que les lois islamiques en vigueur depuis 1979 empêchent d’exposer, ce qui rend l’événement particulièrement historique.

Partager cet article :

Laisser un commentaire