Le voyage introspectif de Bill Viola

Evènements - -

       Pionnier de l’art vidéo, Bill Viola n’a cessé d’étudier les mécaniques du son et de l’image dans des installations monumentales. Depuis ses premières bandes dans les années 1970 jusqu’à sa première rétrospective au Grand Palais, Bill Viola nous confronte à ses raisonnements et interrogations sur l’existence.

#1. Qui suis-je ?

Bill Viola 1

Bill Viola, Walking on the Edge, 2012

      Dans cette vidéo en couleurs, deux hommes surgissent aux extrémités et marchent l’un vers l’autre dans un paysage désertique. Lorsque leurs trajectoires se croisent enfin, le contact se fait à peine que leurs chemins se séparents à nouveau. Viola dépeint ici l’inévitable séparation d’un père avec son fils, à un moment où leurs vies respectives partent dans des directions opposées.

#2. Où suis-je ? 

Viola2

Bill Viola, Going Forth By Day: First Light (Panel 5), 2002

          Cette œuvre monumentale ne laisse pas indifférent. Le spectateur est confronté à 5 installations vidéos, installées à la façon des fresques de la Renaissance, lui conférant un aspect architectural déroutant. Les thèmes de l’existence humaine sont successivement abordés: la naissance et la construction de soi, la société, le passage obligé de la mort et enfin, la renaissance. Le spectateur peut apprécier l’œuvre dans sa totalité et s’interroger sur son propre cheminement personnel.

#3. Où vais-je ? 

viola 3

Bill Viola, Tristan’s ascension, 2005 

            Bill Viola s’interroge particulièrement sur la mort et le devenir de l’être humain. Par la métaphore récurrente de l’eau, l’artiste immerge le spectateur dans ses interrogations. Ici, l’homme sans vie allongé est comme happé par une puissance surnaturelle et son âme emportée dans l’au-delà. De sa présence, il ne reste que le socle de béton sur lequel il reposait, symbole de l’aspect éphémère de l’être humain. 

Bill Viola: Jusqu’au 21 Juillet au Grand Palais 

Partager cet article :

Laisser un commentaire