Présidentielle 2017 : et si les candidats étaient des oeuvres ?

Evènements - -

À quelques jours du premier tour, l’étau se resserre pour les cinq principaux candidats à la présidentielle. En attendant les résultats, l’équipe Artsper s’est amusée à imaginer les œuvres d’art contemporain que pourraient être les candidats. Et qui sait, il s’agit peut-être de leurs œuvres préférées… 



François Fillon

Pour François Fillon tout allait pour le mieux jusqu’au soir du 24 janvier où Le Canard Enchaîné révèle des suspicions d’emploi fictif au sujet de son épouse Pénélope.
Pauvre François ! Harcelé par de vilains journalistes et poursuivi par le terrible « cabinet noir », il ne peut même pas se consoler en recomptant ses billets : avec un revenu mensuel de seulement 24 000€ par mois, l’ancien premier ministre ne peut pas mettre le moindre petit sou de côté !

13023_1_l-min

Explosion, inspirée de Lichtenstein, 2005, ©Pénélope 

Pourquoi cette œuvre ? Pénélope (pas Fillon, cette fois), est une artiste qui amasse les articles du journal emblématique Le Monde pour se les approprier et recréer un univers étroitement lié à l’information. La toile Explosion fait ainsi parfaitement écho à l’explosion médiatique qui a fait suite au Pénélopegate.

 

Benoît Hamon

Benoît Hamon a bien du mal à se faire entendre… Entre les affaires de François Fillon et de Marine Le Pen les erreurs de citation d’Emmanuel Macron, les médias n’ont plus tellement de place pour parler des mesures disruptives qu’il propose.
Il est pourtant sympa Benoît, il voudrait donner de l’argent à tout le monde ! Malheureusement, même le revenu universel ou la légalisation du cannabis ne suffiront pas à différencier sa campagne d’un sketch du Mime Marceau.

 

54222_1_l-min

Blue Between, 2013, ©CharlElie Couture

Pourquoi cette œuvre ? Fasciné par les grandes métropoles, CharlElie capture les allées de New York et les retravaille à coup de pinceaux acérés. Blue Between, avec sa silhouette inconsistante qui tente d’exister au milieu d’un paysage urbain aux couleurs vives, rappelle l’image d’homme invisible que traîne Benoît Hamon.


Marine Le Pen – Blue Marilyn de Mila


Main de fer dans un gant de velours, la candidate du Front National ne laissera rien ni personne lui barrer la route de la présidentielle, pas même la justice ! Parce qu’on ne la lui fait pas à Marine ! Elle veut bien laisser ses cheveux blonds voler dans le vent breton pour le plaisir des yeux de ses électeurs mais il ne faut pas la prendre pour une idiote : le système elle le connaît et elle le combat ! En vidant ses caisses, oui. C’est une solution comme une autre.

 

107233_1_l-min

Blue Marilyn, 2014, ©Mila

Pourquoi cette œuvre ? Marine Le Pen, candidate du FN et à la tête du Mouvement Bleu Marine, se rêve en icône d’un changement aux couleurs bleu, blanc, rouge sur fond de dédiabolisation. Quoi de mieux alors qu’une « Blue Marilyn » de l’artiste Mila pour illustrer les ambitions de la candidate ?  

 

Emmanuel Macron – Béné de Brno Del Zou

Grand favori des sondages, Emmanuel Macron c’est avant tout la séduction. Un clin d’œil par ci, un sourire par là et hop, le candidat de En Marche se glisse en tête des sondages avant même d’avoir dévoilé son programme. Il faut dire que c’est encombrant un programme. C’est analysé, critiqué : c’est le meilleur moyen de perdre des électeurs ! Alors qu’ Emmanuel, tout ce qu’il veut, c’est que tout le monde soit content. Le problème, c’est qu’à force de dire oui à tous, il ne sait plus très bien où donner de la tête…

30597_1_l-min

Béné, 2013, ©Brno Del Zou

Pourquoi cette œuvre ? Dans sa série de « photosculptures », Brno Del Zou utilise la fragmentation du corps pour mieux le recomposer en le stylisant à sa manière. Il s’en dégage un parti pris esthétique manifeste qui ne cache pas cette part de chaos qui habite nos esprits.
Béné et son regard qui fuit dans toutes les directions rappelle la tentative d’Emmanuelle Macron de satisfaire à la fois la droite, la gauche et tout ce qu’il y a au milieu.


Jean-Luc Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon c’est un peu la force tranquille de cette campagne. Jamais un mot plus haut que l’autre, jamais de remarque désagréable à l’égard de ses concurrents. Non, vraiment, le candidat de la France Insoumise est un mec zen. Alors oui, il veut faire la révolution. Mais tout ancien professeur de Français qu’il est, on est certains qu’il fera défiler les gens en rang et en silence. Allez hop ! Tout le monde deux par deux !

 

41101_1_l-min

Catwoman, 2014, ©Miss Tic

Pourquoi cette œuvre ?  Poète et plasticienne, Miss Tic décore les murs de Paris de ses célèbres pochoirs depuis plusieurs décennies, avec des personnages féminins se jouant des regards. Moins sensuel mais tout aussi provoquant, Jean-Luc Mélenchon et sa personnalité explosive, tout comme la Catwoman de Miss Tic, n’hésite pas à griffer adversaires et les journalistes grâce à sa verve acérée.




 

Partager cet article :

1 Commentaire


Henry Prost

Publié le 23 avril 2017, 19h33

En tant qu’artiste peintre, je trouve audacieux et captive ces interprétations sur ces candidats à la présidentielle, bravo.

Laisser un commentaire