Les 5 expositions à ne pas manquer en juillet

Evènements - -

Tous à votre agenda! 5 expositions d’art contemporain à Paris et en France incontournables en ce mois de juillet.

 

Barbie, Vie d’une icône – Musée des Arts Décoratifs

rubon1469

Cette icône de la mode et de la femme à travers les décennies nous présente son plus beau et grand défilé. Les Arts Décoratifs de Paris expose la célèbre poupée, incarnation des évolutions sociales et culturelles de la féminité du 20e au 21e siècle. Plus de 70 stylistes célèbres, dont Christian Lacroix, ont collaboré afin de créer des tenues spécialement pour Barbie. Dépassant le statut de jouet, elle inspire également les artistes modernes et contemporains. Une première exposition en France à ne pas louper.

 

Musée des Arts Décoratifs, 107 rue de Rivoli, 75001 Paris

Jusqu’au 18 septembre

 

Taba Naba – Musée Océanographique de Monaco

1464360854

Sur la route vers le Sud, une petite halte dans la principauté de Monaco vous permettra de découvrir une extraordinaire exposition d’oeuvres aborigènes et océaniques. Autour de trois axes: “Australie: la défense des océans au coeur de l’art des Aborigènes et des insulaires du détroit de Torres”, “Eaux vivantes” et “Océanie: des îliens passés maîtres dans la navigation et l’expression artistique”, le musée Océanographique nous offre un voyage aussi esthétique qu’éducatif, témoignage de la perpétration des traditions ancestrales dans l’art moderne.

 

Musée Océanographique de Monaco, Avenue Saint-Martin, 98000 Monaco

Jusqu’au 30 septembre

 

Olafur Eliasson au Château de Versailles

waterfall-olafur-eliasson-versailles-installation-art-france-anders-sune-berg_dezeen_1568_3

Après la collaboration avec Jeff Koons, Joana Vasconcelos, Takashi Murakami et Anish Kapoor, le château Versailles a fait appel au talentueux artiste danois, Olafur Eliasson, pour apporter un vent de folie au monument et aux jardins de ce site historique. Cette année, les deux thèmes proposés à l’artiste étaient la problématique environnementale de l’eau et l’incommensurable narcissisme de la société. En tant qu’homme engagé dans la protection de la planète et dénonciateur des effets pervers de vie moderne, Olafur est divisé et décide finalement de créer un projet alliant les deux thèmes. L’artiste réalise des oeuvres discrètes qui se fondent dans le paysage. Elles amènent le spectateur à être attentif à chaque détail de ce magnifique site et d’entrer dans une réflexion sur sa propre place et son rôle dans la société.

 

Château de Versailles,

Jusqu’au 30 octobre

 

Un art pauvre – Centre Pompidou

thumb_large

Le Centre Pompidou propose une exposition autour des pratiques artistiques attachées à la question du “pauvre” dans l’art, réflexion née dans les années 60 avec le courant Arte Povera. Celui-ci touche tous les domaines, de la musique au design, de l’architecture au cinéma expérimental. Revendiquant des gestes archaïques, les artistes de l’art pauvre retranscrivent dans leurs oeuvres les traces, les reliefs et manifestations de la vie.

 

Centre Pompidou, place Beaubourg, 75004 Paris

Jusqu’au 29 août

 

 

« Rester vivant » par Michel Houellebecq – Palais de Tokyo

2832-02

Le poète, essayiste, romancier et réalisateur Michel Houellebecq continue sa réflexion philosophique sur les obsessions humaines à travers le médium de la photographie, mais pas seulement. En effet, l’exposition est un parcours réalisé à partir de sons, d’installations, de photos et de films, oeuvres conçues par lui-même ou ses invités dont l’artiste Robert Combas.

 

Palais de Tokyo, 13 avenue du Président Wilson, 75116 Paris

Jusqu’au 11 septembre

Partager cet article :

1 Commentaire


GIANGRECO JEAN CLAUDE

Publié le 18 juillet 2016, 06h02

La diversité des expositions avec des Artistes qui nous font partager leurs univers , nous permettent de comprendre que l’ Art est un trésor culturel pour toutes les générations à venir, il faut amener les enfants dans les Expositions et les Musées pour les sensibiliser à l’ Art …

Laisser un commentaire