LES 5 EXPOS A VOIR EN NOVEMBRE !

Evènements - -

Le mois d’octobre a été chargé en événements artistiques et la « Paris Art Week » autour de la FIAC vous a sûrement apporté votre quota d’art contemporain pour un moment. Cependant il n’est pas temps de baisser déjà les armes car le mois de novembre est placée sous le signe de la photographie avec Paris Photo et Photo Quai. Mais c’est aussi le moment de profiter « tranquillement » des expositions d’art moderne et contemporain à Paris à votre rythme et loin des bains de foule. 

Artpser et Paris Bouge vous ont sélectionné cinq exposition à ne pas louper ce mois-ci.

{1.PICASSO MANIA- GRAND PALAIS}

Picasso.Mania-au-Grand-Palais-a-Paris

Après l’exposition « Picasso et les maîtres » qui avaient fait fureur au Grand Palais en 2008, c’est avec « Picasso Mania » que le musée compte déchaîner les foules cette année. Coup commercial classique s’il en est tellement Picasso fait consensus, et cela d’autant plus que nous sommes à moins d’un an de la réouverture du Musée Picasso dans le marais.

Cette année, le Grand Palais propose non plus de confronter Picasso avec les maitres classiques qu’il a revisité mais à l’inverse, de mettre ses œuvres en regard de la création contemporaine des années 1960. Le parcours de l’exposition est d’une part chronologique avec un focus sur les grands moments de la carrière de l’artiste, et d’autre part thématique, avec la mise en parallèle d’œuvres emblématiques comme Guernica ou Les Demoiselles d’Avignon et les œuvres de 75 grands artistes contemporains tels que David Hockney, Jasper Johns, Lichtenstein, Kippenberger, Warhol, Basquiat ou encore Jeff Koons.

Cette fois c’est donc la richesse de l’héritage artistique de l’artiste qui est mis en lumière. L’exposition compte également des cinéastes comme Woody Allen et Agnès Varda et sera également l’occasion de voir des chefs d’œuvres du peintre espagnol peu ou jamais vus du public.

{2. LEE BUL- PALAIS DE TOKYO}

lee_bull

Si vous ne le saviez pas encore, cette année la vie artistique française est placée sous le signe de la Corée. C’est dans ce contexte que le Palais de Tokyo présentera lors de sa programmation d’automne une installation de l’artiste coréenne Lee Bul intitulée Aubade III mettant en scène la crise entre l’homme et la société ultra technologique.

Lee Bul est une artiste coréenne avant-gardiste née à Séoul en 1964 où elle vit et travaille actuellement. Elle a reçu une formation académique en sculpture, mais s’est rapidement ouverte à d’autres pratiques comme la performance artistique. Son installation intitulée Majestic Splendor au MoMa en 1977, consistant en un poisson pourri incrusté de paillettes-commentaire de la nature éphémère de la beauté et la vulnérabilité des femmes-, avait défrayé la chronique et l’avait assis sa réputation en tant qu’artiste provocatrice sur la scène internationale. L’artiste se distingue par sa volonté de repousser les frontières et les stéréotypes.

{3. PHILIPPE HALSMAN- JEU DE PAUME}

philippe-halsman-etonnez-moi_5450449

Du 20 octobre 2015 au 24 janvier 2016, le Jeu de Paume présente une exposition sur le photographe américain Philippe Halsman intitulée « Etonnez-moi » et réalisée grâce aux archives de la famille Halsman. L’exposition retrace la production de l’artiste de ses débuts à Paris dans les années 1930 jusqu’à son succès new yorkais de 1940 à 1970.

C’est plus de 300 clichés exclusifs qui seront présentés apportant un nouvel éclairage sur l’œuvre de l’artiste grâce à des planches-contact, des tirages contacts annotés, des épreuves préliminaires, des photomontages originaux et des maquettes inédits à ce jour.

D’origine lettone, Philippe Halsman a commencé sa carrière de photographe dans le quartier de Montparnasse en faisant le portrait de grands noms de l’époque tel que Marc Chagall, André Gide ou encore André Malraux. Il quitte l’Europe avec sa famille en 1940 pour fuir le fléau  nazi et s’installe aux Etats-Unis où il travaille comme reporter pour divers magazines américains et devint très reconnu.

C’est en 1941 qu’il entame sa collaboration avec le sulfureux catalan Salvador Dali qui durera plusieurs décennies. Ensemble, ils créent de loufoques « photographies d’idées » telles que les séries « Dali Atomicus » ou encore « Dali’s Mustache ». Le fait de faire sauter ses sujets devant l’objectif et les saisir en lévitation est devenu une part importante de son héritage photographique.

{4. WARHOL UNLIMITED- MUSEE D’ART MODERNE}

mam-expo-warhol

Alors que le Centre Pompidou de Metz fait revivre la célèbre Factory à travers son exposition « Warhol Underground », le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris se met au diapason en consacrant elle aussi une exposition à la star du pop art et à son travail en séries.

Le Musée d’Art Moderne met l’accent sur l’aspect sériel de la production de l’artiste au travers de plus de 200 œuvres parmi lesquels ses « Shadows » (1978-79), « Electric chairs » (1964-71) ou encore ses « Jackies » (1964). Artiste de la démesure par excellence, l’exposition interroge de manière sous-jacente la mise en scène de son propre travail par l’artiste et la manière dont il bouleverse le rapport du spectateur à l’œuvre d’art.

 

{5.PARIS MAGRITTE- GALERIE CHAPPE}

611561_exposition-paris-magritte-by-maurizio-pighizzini-a-la-galerie-chappe_123354

La galerie Chappe présente du 5 au 19 novembre la deuxième exposition du photographe Maurizio Pighizzini intitulée « Paris Magritte ». Pour ce projet, l’artiste revisite Paris sous l’angle surréaliste du peintre belge René Magritte, avec une attention spéciale portée aux jeux de lumières.

Comme l’artiste surréaliste, Maurizio Pighizzini joue avec la perception du spectateur en combinant lumière diurne et nocture sur une même image à partir de deux clichés pris du même endroit – Opera de Paris, le Musée d’Orsay ou encore la rue Lepic etc.- à différents moments de la journée. Il s’agit donc d’un hommage photographique à la fameuse série intitulée « L’Empire des lumières ». Romantiques et introspectifs, ces clichés nous proposent une déambulations silencieuse et poétique à travers la capitale.

{6. BONUS}

Maison-du-Japon-11-304pu17p1cqu5hc01kaeio

Grâce à Culture Secrets, découvrez Un Théâtre au supermarché, la dernière pièce de Toshiki Okada à la Maison de la Culture du Japon : le metteur en scène a choisi de situer sa dernière création, ‘Super Premium Soft Double Vanilla Rich’, dans un des piliers de la vie quotidienne des citadins : un supermarché ouvert 24h/24h, tel qu’on peut en trouver à chaque coin de rue de toute métropole japonaise.

Partager cet article :

Laisser un commentaire