Art Basel : nos artistes coup de coeur

Evènements - -

 

Depuis quelques années, les foires d’art contemporain ont un succès sans précédent, et de nouvelles éditions apparaissent aux quatre coins du monde. Mais il en est une qui parmi les autres, domine sans partage : Art Basel. Foire reine du marché de l’art contemporain, Art Basel revient du 15 au 18 juin 2017. Tous les regards des collectionneurs sont tournés vers elle, et pour cause, la foire helvète a de quoi attirer l’attention : galeries et artistes triés sur le volet, 100 000 visiteurs attendus… Le tout dans une tonalité résolument avant gardiste. A travers nos 6 artistes coup de coeur, plongez dans l’événement plus plus arty de l’année !

 

Gordon Parks

Gordon Parks

Children with Doll, Washington, D.C., 1942, ©Gordon Parks

Jenkins Johnson gallery

Ne vous fiez pas aux apparences… Gordon Parks est plus que jamais d’actualité. Présentés par une galerie novice sur Art Basel, Jenkins Johnsons, les clichés du photographe témoin des luttes et des discriminations de l’Amérique des années 60 questionnent l’Amérique d’aujourd’hui.

 

 

Cécile B. Evans

AMOS__WORLD Cecile B. evans

Lead Image: Amos’ World: Episode One, 2017, ©Cecile B. Evans
Galerie Emanuel Layr

Au sein de la section Statement, rassemblant les artistes émergeants, c’est une plongée dans le futur que nous propose la Galerie Emanuel Layr, avec l’oeuvre vidéo de la jeune artiste Cecile B. Evans. Une artiste qui concourt donc au prestigieux Baloise Art Price, en proposant par l’image une réflexion sur le rapport de l’homme et son environnement, et en particulier à la technologie, à internet et à la robotique.

 

 

Mac Adams

Adams_The_Bathroom_300DPI

The Bathroom, 1978, ©Mac Adams
gb agency

Plus qu’une oeuvre d’art, c’est une histoire qu’a proposé l’artiste américain Mac Adams en 1978, et que la Gb agency offre cette année aux yeux du public d’Art Basel. La narration prend ici la forme d’un questionnement : que s’est-il passé dans cette salle de bain ? D’indices en détails, c’est bien au spectateur de trouver le fin mot de cette mise en scène sordide.  

 

 

Julio Le Parc

blog

La longue marche, 1974, ©Julio Le Parc

Galerie Perrotin

La démesure est à Art Basel une constante. Elle trouve son paroxysme dans la section Unlimited, espace dédié aux oeuvres XXL, qui sont au nombre de 76 pour cette 48ème édition. Entre les installations et les sculptures monumentales, La longue marche, oeuvre phare de l’artiste argentin Julio Le Parc, capture le regard. Métaphore de la vie, les 10 panneaux qui la composent sont un parfait exemple d’art cinétique.

 

 

Oscar Enberg

Enberg

Red Beryl and crocodile, Opal (Irrational Exuberance in the White Man’s Hole), 2016 ©Oscar Enberg
Hopkinson Mossman

Comme à chaque édition, un vent de nouveauté plane sur la foire. Pour sa première participation à Art Basel, la galerie néo-zélandaise Hopkinson Mossman parie sur des artistes jeunes et locaux. Une audace qu’illustre l’oeuvre vidéo du jeune néo zélandais Oscar Enberg, qui s’attaque à la relation d’exploitation développée par l’Homme vis-à-vis de la terre, avec pour décor une mine d’opale australienne.

 

 

Roberto Cuoghi

RC-LM25226_SS_XXXVIP_c_02

SS(XXXVIP)c, 2016, ©Robero Cuoghi
Lehmann Maupin

C’est peut être l’artiste le plus discret de la sélection 2017 d’Art Basel. Roberto Cuoghi ne se montre en effet que très rarement, évitant même le vernissage d’une rétrospective au MoMA. Ce qui est sûr, c’est que ses œuvres seront présentes au stand de la galerie Lehman Maupin, et qu’il ne faudra pas les rater. Artiste singulier, Roberto Cuoghi se fait autodidacte chaque fois qu’il s’attelle à explorer une nouvelle technique, comme lorsqu’il passe des mois à parfaire sa maîtrise de la céramique pour réaliser des séries crabes.

 

 

Partager cet article :

Laisser un commentaire