LES 5 EXPOS A VOIR EN DÉCEMBRE !

Evènements - -

En novembre, vous n’aviez pas la tête à l’art et c’est bien compréhensible… Mais le mois de décembre est là avec ses allures de fêtes et ses préparatifs de Noel et la vie reprend son train par la force des choses. Malgré le contexte morose, les galeries et musées parisiens n’ont pas fermé leurs portes et continuent de proposer des expositions de grande qualité ! Décembre est par ailleur un mois crucial pour le climat puisque la COP21 s’est ouvert dimanche dernier et que la planète a les yeux braqués sur Paris. 

Artsper et ParisBouge vous ont sélectionné 5 expos à ne pas manquer ce mois-ci entre vos courses de Noël !

 

{1. UGO RONDINONE : I JOHN GIORNO – Palais de Tokyo}

affiches_decaux-taillereelle-part2-1

Jusqu’au 10 janvier, le Palais de Tokyo accueille la première rétrospective sur la vie et l’œuvre du poète américain John Giorno (né en 1936), figure emblématique de la scène américaine underground des années 1960. Conçu par l’artiste Ugo Rondinone, l’exposition prend la forme originale d’une déclaration d’amour présentant les différentes facettes de l’œuvre du poète.

Dans le sillage de la Beat Generation, il renouvelle le genre de la « poésie trouvée ». Pour lui, la poésie doit se transmettre au plus grand nombre, et en 1968, il crée dans cet esprit « Dial a poem » (Appelle un poème), une ligne téléphonique permettant d’écouter des poèmes, de chansons et de discours politiques à n’importe quelle heure du jour et de la nuit– une « œuvre » remise en service le temps de l’exposition grâce à Orange. Au programme : des passages d’Antonin Artaud, de Simone de Beauvoir ou encore Serge Gainsbourg.

Mêlant arts visuels, musique et performance, l’exposition a pour but de mettre en lumière la postérité de l’artiste au près des générations d’artistes suivants d’Andy Warhol a Pierre Huyghe en passant par Judith Eisler.

{2. SOLUTIONS COP21- Grand Palais}

format-paysage-720x420

L’événement du mois de décembre est la Conférence sur le climat qui est l’un des plus importants sommets pour la paix internationale.

A cette occasion, du 4 au 10 décembre, le Grand Palais se transforme en Hub sur le climat pensé pour accueillir un public de tous âges. Il s’agit d’une plateforme collaborative dont le but sera de présenter les différents enjeux et solutions pour lutter contre les changements climatiques – plus de 300.

Solutions COP21 c’est quatre pôles d’expositions : Pôle habitat-territoires-villes durables, Pôle recherche-techno-innovation, Pôle éco-mobilité, Pôle consommation-alimentation-vie quotidienne, mais aussi des conférences sur le climat, des ateliers, un festival de films, des concerts, des concerts et un espace forum animé par des ONG.

 

{3. EXPOSITION DE WIM ET DONATA WENDERS: PLACES OF THE MIND- Polka Galerie}

!WWENDERS WW-C-201

Jusqu’au 9 janvier, la galerie Polka accueille l’exposition originale des derniers travaux de Wim et Donata Wenders combinant installation vidéo, sonores et photographies. L’exposition a pour but de montrer les différents visages de leur collaboration.

Les œuvres exposées ont été réalisée pendant « Everything will be fine », le tournage du dernier film de Wim Wenders réalisé au Canada et dont James Franco était l’acteur principal, un acteur qui ne cesse de lire entre les prises. Donata se met alors à la photographier et à la filmer pendant ses moments de lectures absorbées ; et ce sont ces clichés et films qui donnent naissance au projet « James Reading-Reading James ».

Une seconde partie de l’exposition montre des photos de paysages canadiens prises par Wim Wenders, une partie importante de son travail artistique.

 

{4. EXPOSITION LUCIEN CLERGUE – LES PREMIERS ALBUMS – Grand Palais}

Lucien_Clergue_GP

Jusqu’au 15 février, le Grand Palais expose les œuvres de Lucien Clergue, premier photographe français élu membre de l’Académie des Beaux-Arts et fondateur du festival international de photographie des rencontres d’Arles.

L’exposition présente les thèmes les plus radicaux du photographe : charognes, ruines, saltimbanques et pierrots mélancoliques.

Au départ photographe conceptuel et aux thématiques sombres (charognes, ruines, saltimbanques et pierrots mélancoliques), il se tourne ensuite vers les nus féminins, des corps de femmes sur la plage inspirant jeunesse et vitalité qui lui apporteront un succès immédiat.

A l’initiative de la collection de photographies du musée Réattu d’Arles, la première en France, Lucien Clergue n’a cessé de se nourrir de nouvelles cultures et de rencontres d’artistes. C’est à la richesse et à la diversité de son œuvre que le Grand Palais rend ici hommage.

 

{5. EXPOSITION FERAL- Galerie Oneiro}

grace

 

Jusqu’au 2 janvier, la Galerie Oneiro expose les dessins et sculptures de la jeune Emma Vidal.

Le travail de cette jeune artiste développe un imaginaire fait de mondes en ruines et de visions apocalyptiques. Le fusain est son outil artistique premier, avec lequel elle compose des scènes théâtrales qui interrogent l’iconographie religieuse, les rituels et les cultes. Marquée par une éducation catholique, les sculptures d’Emma Vidal sont un prolongement de son travail sur papier et sont inspirées du symbolisme vaudou et des religions congolaises.

Les scènes noires que représente l’artiste apparaissent comme le monde déchu vers lequel nous nous dirigeons. Cependant, même si le sentiment de terreur prédomine face à ses œuvres, elles ne sont pas dénuées d’une certaine vision féérique et utopique.

Partager cet article :

Laisser un commentaire